CLUB DES CINEPHILES
de La Poste et de France Télécom
Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
STUDIO RASPAIL
Vign_image
LE STUDIO RASPAIL
est situé : 
216, Bd Raspail
75014 Paris
 
 

Historique                                                                                                                              du Studio Raspail

Vign_Studio_raspail
 

CANNES
vu par un adhérent 

CANNES 71ème : 

impressions subjectives et partielles

 

Quelques remarques sur des films vus dans les différentes sections, étant entendu qu’il est bien sûr impossible à un festivalier normal de tout voir parce que la durée des films ne cesse d’augmenter au même titre que les queues pour entrer dans les salles.

Mettons tout de suite hors concours « Le livre d’image » de J.L.Godard une histoire en 5 chapitres comme les 5 doigts de la main qui ouvrent le film et qui se termine par une « réflexion » sur le monde arabe d’aujourd’hui, constitué d’images documentaires et de fiction, d’extraits de films… le tout ponctué d’aphorismes typiquement Godardiens. On sent confusément qu’il y a du fonds mais on a du mal à dire lequel…

Une bonne surprise à Un Certain Regard  (UCR) : « un grand voyage  vers la nuit » de Gan Bi, film totalement onirique où le passé et le présent, le rêve et la réalité se confrontent, avec la particularité de commencer en 2D et de passer en 3D dans sa seconde moitié.

Autre particularité technique qui se retrouve dans plusieurs films : l’intrusion de l’image animée qu’on retrouve en abondance notamment dans « Samouri road » de Stefano Savona (la Quinzaine) mais aussi dans « the house that Jack built » de Lars von Trier, hors compétition (HC)

Quelques films sont ancrés dans la réalité la plus crue : « En guerre » de Stéphane Brizé  sur la fermeture d’une usine (compétition), «Dombass » de Sergei Loznitsa (UCR) sur les évènements d’Ukraine, « Teret » de Ognjen Glavonic (la Quinzaine) sur les conséquences des bombardements de la Serbie par l’OTAN,  « Capharnaüm » de Nadine Labaki (compétition) sur la vie infernale d’enfants au Liban, « nous, les coyotes » de Hanna Ladoul et Marco La Via (ACID) sur les déconvenues d’un couple durant les 24 premières heures de leur nouvelle vie…

L’homosexualité et les jeunes de banlieue sont toujours présents avec « Plaire, aimer et courir vite » de Christophe Honoré (compétition), « Rafiki » de Wanuri Kahiu (UCR) un film Kenyan sur l’homosexualité féminine, « A genoux les gars » de Antoine Desrosieres (UCR) sur les difficultés d’une sexualité épanouie dans certains quartiers difficiles…

De bonnes surprises… :

Hormis les metteurs en scène connus qui ont confirmé leur talent : Hirokazu Kore-Eda avec sa palme d’or méritée et consensuelle «une affaire de famille » (compétition), Pawel Pawilikowski qui s’était fait connaître avec « Ida » et qui récidive avec « cold war » (compétition) en filmant un amour impossible entre la Pologne stalinienne et le Paris bohème des années 50, le grand oublié du palmarès Lee Chang-Dong avec « Burning » (compétition)… et des confirmations avec Alice Rohrwacher  et son « heureux comme Lazzaro » (compétition) qui dépeint l’évolution d’un jeune paysan vivant à l’écart du monde et finissant par y entrer…

Cannes a permis de découvrir de nouveaux talents, notamment avec Kirill Serebrennikov qui dans son « Leto » (compétition) se penche sur la scène rock souterraine en plein essor en Russie en 1981, mais aussi à UCR « border » de Ali Abassi sur une douanière flairant la culpabilité d’un individu grâce à son odorat extraordinaire, Etienne Kallos un sud-africain filmant le monde rural et conservateur des Afrikaners, ou bien, à la Semaine de la Critique Benedikt Erlingsson qui dans « Woman at war » qui raconte la guerre que déclare à l’industrie locale de l’aluminium une quinquagénaire islandaise.  

…et de moins bonnes :

Même lui, Ryusuke Hamaguchi, pourtant auteur des « senses » qui sortent actuellement se demandait comment son « Asako » avait pu être sélectionné en compétition s’agissant de l’ historiette d’une jeune fille rencontrant le double parfait de son premier amour.

« under the silver lake » (compétition) de David Robert Mitchell qui s’imagine qu’en citant à tout va des scènes cultes de grands réalisateurs (Hitchcock de « fenêtre sur cour », Polanski de « Chinatown »…) l’enquête obsessionnelle et surréaliste de son héros prendrait d’avantage de densité.

Et, last but not least, Terry Gilliam  dont le cafouilleux et chaotique « l’homme qui tua Don Quichotte » ne méritait pas toute la publicité qui lui a été faite malgré les années passées à chercher à donner naissance à ce film.

(Henri BOUCHOUS)

 

CANNES 2018

LE FESTIVAL

Vign_Affiche_Cannes
 

NOUVEAU !

Un site essentiellement consacré au 7ème ART


Visitez le Site

ANNIVERSAIRE

 Mercredi 26 Avril 2017

 50ème anniversaire

 du Club

 

Vign_IMG_3384
 
 
Vign_logo_club

Le Club des Cinéphiles
de La Poste et de France Télécom,
association loi 1901
est ouvert à tous les agents
de La Poste et de France Télécom

 De Septembre 2017 à Juin 2018
* une programmation de 15 films
   (Présentation et débat)

Une salle de projection : Le Studio Raspail
* avec un horaire unique à 18h 30

Une adhésion libre 
* Un abonnement pour les 15 séances de la saison
   44 € (La Poste et France Télécom) /  60 €  (Extérieurs)
 

* Pour inviter vos amis : un "Passeport" 24 € comportant 4 entrées

 
Vign_Affiche_A4_jpeg_
 

MA DERNIERE SAISON 

Ce pourrait être le titre d’un film !
J’ai souvent retardé le moment de quitter le Club, et chaque fois, je reportais à plus tard. 
Aujourd’hui, je me dis qu’il est temps de le faire et croyez-moi, ce n’est pas sans un pincement au cœur mais de plus en plus souvent, je suis amenée, pour des raisons personnelles, à faire des séjours en province et suis, de ce fait, moins disponible. 

Il est rare, dans une vie professionnelle, de pouvoir occuper les mêmes fonctions avec le même enthousiasme et en ce qui me concerne, j’ai eu beaucoup de chance.
Chance, en 1963, en arrivant en Métropole, d’être nommée au Ministère des PTT et de rencontrer, après quelques années, où je m’ennuyais à mourir à la Direction des Bâtiments et Transports, les personnes qui eurent l’idée de créer en 1966, un ciné-club.
C’était l’époque bénie où l’on détachait du personnel auprès des associations sportives et culturelles et grâce à Lucien Ayrinhac, premier président du ciné-club, je fus mise à la disposition du Club des Cinéphiles PTT.
Chance, tout au long de ces années, d’avoir travaillé avec des gens passionnés par le 7ème Art.
Chance d’avoir rencontré, même si ce ne fût que d’une façon éphémère, des comédiens, des techniciens, des journalistes, et... le créateur des affiches de Charlie Chaplin : Léo Kouper.

Je vais juste vous raconter une anecdote.  
Enfant (il y a bien longtemps) mais je m’en souviens. Ma mère qui adorait le cinéma et qui avait bon goût, prononçait souvent le nom d’acteurs et d’actrices qu’elle aimait. C’est ainsi que j’entendais les noms de Buster Keaton (elle disait Kéaton), Charles Boyer, Eric von Stroheim, Bette Davis, Joan Crawford, Danielle Darrieux et 
Annabella.
Annabella, star des années 30 qui avait tourné avec Abel Gance, René Clair, Julien Duvivier, qui avait été mariée à Tyrone Power lors de son passage aux Etats-Unis et qui, contrairement à Arletty, à partir des années 50, n’est pas restée dans la mémoire des cinéphiles. En 1980, je la contactais pour le film de René Clair « 14 Juillet » que nous avions inscrit à la Programmation. Elle accepta de venir et avant la séance, afin de faire connaissance, puisque c’est moi qui devait la recevoir, je la rencontrais deux fois, chez elle à Neuilly.  
Lorsque je racontais cela à ma mère, elle n’en revint pas. J’ai cependant gardé le regret de ne pas les avoir «présentées ».

Voilà, je souhaite que le ciné-club dure encore longtemps. Je fais confiance à Annie et à son dynamisme, à Francette, André, Catherine, Jean-Michel, Martine et Philippe, et aux « nouveaux entrants » Monique et Philippe pour continuer à faire vivre le Club des Cinéphiles que j’ai tant aimé.

Colette Drahi

 

AVEC ANNABELLA 

Vign_Anabella
 
L'homme au masque de fer
RASPAIL INSOLITE ...
 

LA PRESIDENTE 
ET L’EQUIPE D’ANIMATION
VOUS SOUHAITENT
DE BONNES VACANCES
ET VOUS DONNENT RENDEZ-VOUS
FIN SEPTEMBRE
POUR UNE NOUVELLE SAISON CINEPHILE

 

PLANNING DES RESERVATIONS
    AU STUDIO RASPAIL

      La liste des films programmés
        sera communiquée
        prochainement


             ​                                      Mercredi    26      Septembre         2018
                                                           Lundi         29       Octobre            2018
                                                           Lundi         12      Novembre         2018                      
                                                           Samedi       01      Décembre         2018   (10h 30 / 14h)
                                                           Lundi         10      Décembre         2018
                                                           Lundi         07      Janvier             2019
                                                           Lundi         21      Janvier             2019
                                                           Lundi         11      Février             2019
                                                           Lundi         11      Mars                2019
                                                           Lundi         18      Mars                2019 
                                                           Lundi         08      Avril                2019
                                                           
Samedi       18      Mai                  2019  (10h 30 / 14h)
                                                           Lundi         20      Mai                  2019
                                                           Mercredi    05     Juin                  2019


 

Créer un site avec WebSelf