CLUB DES CINEPHILES
de La Poste et d’Orange
Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
STUDIO RASPAIL
Vign_image
LE STUDIO RASPAIL
est situé : 
216, Bd Raspail
75014 Paris
 

Historique                                                                                                                              du Studio Raspail

Vign_Studio_raspail
 

NOUVEAU !

Un site essentiellement consacré au 7ème ART


Visitez le Site

 
 
Vign_logo_club

Le Club des Cinéphiles
de La Poste et d'Orange
association loi 1901
est ouvert à tous les agents
de La Poste et d’Orange

 De Septembre 2019 à Juin 2020
* une programmation de 16 films
   (Présentation et débat)

Une salle de projection : Le Studio Raspail
* avec un horaire pratique à 18h 30 

Une adhésion libre 
* Un abonnement pour les 16 séances de la saison
    Tarif : 44 € / 60 € (Extérieurs)
 

* Pour inviter vos amis : un "Passeport" 24 € comportant 5 entrées

 
PROGRAMMATION
2019--2020

*********

Mercredi  18/09/19 :  RIO BRAVO (Howard Hawks / U.S.A-1959)                                                                               Hommage à Philippe Delsalle

Vendredi  18/10/19 :  MISTER SMITH AU SENAT (Frank Capra / U.S.A-1940)

Lundi       28/10/19 :  LOUISE EN HIVER (Jean-François Laguioni / France-2016) 

Mercredi  20/11/19 :  GERMINAL (Yves Allegret / France-1962)  
                                    L’Invité du Club : Jean Sorel

Jeudi        19/12/19 :  LE LABYRINTE DE PAN (Guillermo del Toro / Mexique-1973)​​​

Lundi       06/01/20 :  VIVRE ENSEMBLE (Anna Karina / France-1973) 
                                    HOMMAGE À ANNA KARINA 
                                   
(Décédée Samedi 14 Décembre 2019)           
                                    Séance annulée en raison des grèves    

Lundi      20/01/20 :   TAIPEI STORY (Edward Yang / Chili-1985)

Vendredi 24/01/20 :   LA DERIVE (Paula Delsol / France-1964)  
                                    
En présence de la comédienne Linda Bastide
                                    et de Laurent Delmas, journaliste à France Inter

Lundi     10/02/20  :   LES YEUX DE SA MERE (Thierry Kliffa / France-2011)
                                    En présence du réalisateur Thierry Kliffa 

Lundi      02/03/20  :  CITOYEN D’HONNEUR (Gaston Duprat  /Argentine-2016)

Lundi      16/03/20  :  THE SERVANT (Joseph Losey / G.B.-1963)

Lundi      06/04/20  :  LA JUSTE ROUTE (Fereink Torok / Hongrie-2017)

Lundi      27/04/20  :  CLEO DE 5 A 7 (Agnès Varda / France-1962)

Lundi      04/05/20  :  LE CONFORMISTE (Bernardo Bertolucci / Italie-1970)

Lundi      25/05/20  :  ROYAL AFFAIR (Nicolas Arcel / Danemark-2012)

Mercredi 10/06/20  :  L’AMOUR C’EST GAI, L’AMOUR C’EST TRISTE 
                                    (Jean-Daniel Pollet / France-1975) 
    

 
L'homme au masque de fer
 
 

LE TOUR DU MONDE DE LINDA

Vendredi soir 24 janvier : lever de rideau sur  le film de Paula Delsol où notre amie Linda Bastide campe une jeune fille à LA DERIVE. La projection  était organisée par un Cinéclub * : le film avait été choisi et animé par le journaliste de cinéma de France Inter Laurent Delmas, film pour lequel il a déclaré avoir un véritable coup de cœur dès la première projection.

Cette soirée  chaleureuse s’est déroulée en face  d’un parterre et d’un public plein d’ami(e)s : ceux du Cinéclub, ceux de Benjamin Barouh – fils de Pierre chanteur et baroudeur dans son propre rôle et bien évidemment tous ceux de Montmartre descendus tout droit de la Montagne-Sainte-Geneviève venus rendre un vibrant hommage à leur amie Linda, personnalité connue et reconnue dans cet arrondissement parisien haut perché. 

Soirée  placée sous le signe de La Rencontre « cet art cultivé par Pierre Barouh » et rythmée par la chanson du film qu’il a écrite (paroles et musique) « Le tour du monde ». …  Soirée placée sous le signe de l’Amitié et des liens tissés entre Linda et son public cinéphile, et ses lecteurs pour cette jeune fille repérée un temps par le 7ème Art puis revenue à ses premières amours des lettres : celles dont sa grand-mère lui a fait don en lui apprenant très tôt la lecture et l’écriture.   

Les spectateurs ont largement réagi après la projection de ce beau film soutenu par de nombreux critiques de l’époque dont certains ont reconnu un cousinage certain avec les premiers films de Bergman. Tels  Truffaut, Le Baron de Baroncelli, Jean Rouch. La plupart ont été subjugués - et nous aussi - par l’interprétation de Linda et son incarnation du personnage. Comme si elle avait écrit elle-même ses dialogues. Performance étonnante pour un film écrit entre deux engagements de chacun des acteurs, sans financement, auto-produit car boudé par l’intellingensia parisienne. Pour mémoire le film a été tourné  sur deux années, à Palavas-les-Flots, Le phare de l’Espiguette, Nimes.  

Dans un débat où la modernité de ce film effronté pour l’époque a été mis en exergue, Laurent Delmas  a évoqué son succès dès sa sortie : projeté à Cannes la même année que « Les parapluies de Cherbourg » de Jacques Demy, hors compétition, il y reçut un  « prix spécial de la Fédération des Cinéclubs », projeté dans les pays du Nord plus « ouverts sur l’indépendance des femmes », primé aussi dans d’autres festivals. Ressorti  même au Green, festival américain, à côté de Pépé le moko, Et dieu créa la femme ... en 2015.

Et en même temps sa malédiction : Bernard Bastide autre journaliste et historien de cinéma  présent  a raconté comment  la censure de l’époque a sanctionné deux plans du film forçant la réalisatrice à modifier son film. C’était mal connaître les convictions de Paula Delsol. En trois semaines  le succès du film a été arrêté avec un  classement définitif « Interdit aux moins de dix huit ans » qui l’a coupé de son jeune public à qui il était destiné. 

Et aujourd’hui quel devenir pour le film ? Le CNC vient de restaurer et numériser une de ses copies. La balle est dans le camp des distributeurs à qui nous allons le faire découvrir et va être promu dans le réseau des Cinéclubs et auprès de publics avertis cinéphiles. Nous en prenons la responsabilité. 

« Quand on a fait le tour du monde, on n’a qu’à recommencer « … extrait de la chanson du film.

Annie Bozzola, présidente du * cinéclub de la Poste et Orange *
Contact : bozzola.annie@laposte.net.


 
Créer un site avec WebSelf